Binaire

Il paraît que bientôt nous formerons un grand corps connecté

palpitant d’ondes formidables, d’intelligence illimitée

que d’un bout à l’autre du fil

en moins de temps qu’il faut pour y penser

un nouveau milliard d’idées circulera sans hésiter

Alors une question point dans mon cerveau des plus primaires

traversé de pulsions grégaires, autant qu’une pierre non taillée

qu’en sera-t-il de la jouissance, de la souffrance et du guet

de l’amour aux barrières d’octroi, de la colère et du supplice

quand on attend de son complice la folie qui ne vient pas ?

Quelle connexion révolutionnaire, prenant de tout le sens contraire,

bousculera, seule dans son coin, la grande toile et ses prochains

devenus une part du même ?

Il paraît que se rejoindront dans une forme d’unisson

toutes les langues que Babel aura jetées dans le chaudron

Mon code source, ma gabelle, le peu de sel que ma peau

aura volé du sable chaud, mon ADN…

seront-ils voués à tous les mots, quand viendra et ce sera bientôt

binairement cette ère…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.