Hypoténuse

Je suis assise sur l’ombre de ton doute

Entre mes paupières, mon grand regard filet

tente d’attraper la lumière du jour

La pluie s’y refuse, qui entre dans la maison

ruisselle sur le parquet et détrempe mes livres

Un silence vétilleux campe sur les toits

Je lis pour la centième fois le mot amour

admonestation, mainmise, orgueil, ulcération, roture

Ardemment mécréante, que fais-je de mon cœur dur ?

Posé entre fougère et passiflore, il s’émollie

pacifiquement offert à la tiédeur du jour

Je suis assise dans le carré de mon hypoténuse

le ciel, à l’angle du toit, cherche à s’enfuir

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Hypoténuse

  1. Jeandesantec dit :

    « Je suis assise sur l’ombre de ton doute » « entre fougère et passiflore »…voila des images qui me font rêver et emportent à la majorité absolue le monde de mes sentiments et de mes pensées.

    J'aime

  2. Bravo, Colette! Des images comme des bijoux…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.