Toit à toi

Ce matin, un nuage à tête d’ours s’est accroché à un toit

Puis une oreille s’est détachée et une méduse s’en est allée

Flottaient paisibles, dans le ciel, ses longues pattes dépliées

La ville tohu-bohute son air du matin, et défroisse avec peine

son visage ensommeillé

Des  plis de ses joues, peu amènes,

s’extirpent lentement de lourds et gris bonhommes

et le trottoir s’étonne de quelques gouttes de pluie

J’ai trop souri au ciel, j’ai trop souri à l’homme

qui se tenait debout à l’angle de la rue Greuze

Les toits se couvrent d’un manteau frileux

Le cou enfoncé dans ses épaules

l’homme ressemble à un oiseau nerveux

et moi, dans mon drap enroulé d’où naissent deux épaules

à un fantôme chapeauté d’un épais toit de chaume

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Toit à toi

  1. Merci pour partager la vie!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.