Je la prendrai par la main

Je la prendrai par la main

Je lui dirai « plantons des graines

des fleurs, des salades

de l’herbe à chat, des arbres à papillons

Construisons des nids, des ruches

des maisons à insectes »

Je lui dirai « prends ton ardoise

et dessine-moi la terre

dont tu souhaiterais la trace »

Son verbe est encore hésitant

Ses doigts lourds de promesse

peinent à saisir le monde

mais elle rit aux éclats

Jamais je ne dirai à l’enfant

qui porte le nom de mon fils

que l’espoir lui est fermé

Jamais je ne serai ce vecteur

d’âcre ressentiment et de létale défaite

de celui qui ne se bat plus

Je la prendrai par la main

Je lui dirai « va, je te suis »

à toi de montrer le chemin

de ta propre vie

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.