La chanson du samedi

Sans mots, le chiffon à la main, je frotte

sans encaustique autre que mes envies

de chuchotis, de vin doré, d’ombre dansante

le dos tourné à tout ce qui fait bruit

Je m’essaie à briller par mon absence

comme un son à peine ouï

 

Le ciel a fermé, douces, ses paupières

mâchées d’à peine un peu de gris

La branche souple qui frappe à la fenêtre

tend ses frêles feuilles amollies

Le jour même, telle une femme discrète,

s’avance à pas lents et petits

 

La rue que j’ai boudée s’entête

alignant ses pavés de nuit

Un homme marche, un oiseau dort

même les bancs sont désertés

je m’essaie à briller par mon absence

couchée sur un lent balancier

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La chanson du samedi

  1. La chanson du samedi et ta foto: très, très jolie!!!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.