Compte-gouttes

Le ciel n’y voit goutte sous l’orage

la fenêtre est bercée de pluie

rincée de nuit, grêlée du bruit

des rafales cinglant le toit

 

La grande flotte des mirages

s’avance majestueuse et fuit

drapée de nuit, frottée du bruit

des rêves qui se brisent sur la voie

 

Le jour essore non sans mal

ses draps trempés de dur crachin

niellé de nuit,  grevé du bruit

des voitures qui roulent au pas

 

Le ciel n’y voit goutte sous l’orage

j’attends que le matin me voie

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.