Les illuminés

Sur le banc, véhémente, elle parle à sa main
étrange volatile balayant en rafales
l’air qui hiverne sans bruits
Qu’a-t’elle donc à se dire si véhémentement
branlant du chef, tel un métronome ?
Sur son crâne un nid fou de cheveux grisonnants
s’enhardit à tresser couronne
Ainsi la ville secrétant ses fous et ses diseurs
fait éclore aussi cette étrange fleur
que sa main fâche tant tandis qu’elle
jargonne sous la grande aile du vent

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.