En mode diesel pour esprit mutin

A peine levé, mon pied se  rétracte

de l’astragale au métatarse

Tâtant de l’arrondi dodu de son orteil

un bois un peu plus froid que la veille

Il peine à dérouler sa plante  et à lever

le talon pour si peu

C’est que, savez-vous, être sur pied

n’est pas art facile

il faut y mettre du sien

au pied levé souvent, celui-ci se chagrine

et réclame de vous de ne pas tant

faire des pieds et des mains

pour vous mettre à la tâche trop vite

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.