De temps en temps

Parfois, je perds un peu de temps

émietté dans ma tasse, frotté entre mes doigts

il ne proteste pas, le temps est arrangeant

Mon corps immobile le retient dans ses creux

entre ses omoplates qui ne veulent pas s’ouvrir

Je l’enferme dans ma main où il se tient tranquille

le temps se tue comme il le peut

Toujours pauvre et joyeuse, et riche de l’instant

passé à ne rien faire du tout, à résister bien vaillamment

aux messages, aux absences, à la précipitation

j’écoute toutes les voix du monde, le vent,

l’eau qui fouette les vitres, le bois craquant de ma maison

et jusqu’à mon cœur qui hisse à lents coups de pompe  tranquilles

ma volonté hors du cocon où elle se reposait gaiement

Le temps se sait peu important

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De temps en temps

  1. Mébul dit :

    C’est délicat, doux…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.