Comme tout devient sérieux

Dans une enveloppe très mince

j’ai glissé un unique feuillet

un testament rudimentaire

car je n’ai pas de dernières volontés

Qu’elle soit proche ou lointaine

ma fin appartient au hasard

mon legs sera des plus bénins

je voudrais qu’il soit d’espoir

 

Pas de pierre, pas de stèle ni messes ni  répons

pas de voix solennelles, ni crainte ni pardons

pas de chair en dentelles, pas de masque ni de fards

pas de biens sur la place, pas de marché du temple

En peu de temps, dans un silence, tout disparaîtra

et la vie en sourira bien vite, mais

qu’un seul coeur ayant battu à l’unisson du mien

s’en souvienne, alors le vent s’en réjouira

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Comme tout devient sérieux

  1. Jeandesantec dit :

    C’est un beau testament…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.