Intermittence

C’est un peu délicat de parler de soi en ce moment ou de denteller des mots

histoire d’habiller ce trop-plein de  temps passé tout seul

Alors j’ai pris ce moi avec des pincettes, et je le fais tremper dans l’eau salée

Je le sable d’un peu de poussière violette, je le sucre, je le peins, je le jette sur un dossier

Sur le bord de ma fenêtre où je le laisse sécher

Je me sens comme d’un livre dont les personnages échappés

se sont tous mis à voler vers une planète oubliée

Un cheveu en marque-page, un coin corné sur la page

Et j’écris avec mes doigts sur la poussière de la table

Je fais un cœur en mie de pain qu’une corneille guette au loin

sur un grand marronnier affable

Je pense à l’ami qui dort dans son grand lit d’hôpital

Je pense à tous les trésors enfouis dans la plage de nos crânes

Sur ma fenêtre des rubans, verts et joyeux claquent au vent

Je m’y nouerai comme faveur, pour que le soleil fasse demeure

Dans chaque brin de ce tissu, dans chaque  mot doux qui s’est tu

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.