Plic, ploc (poésie nuageuse)

La pluie approche, du bout de l’ongle

je tente de percer un petit polochon

un nuage douillet, perchée à mon appui-fenêtre

qui rêve de devenir balcon

Devant le conteneur à verres

une ménagère et un homme à mégot

jettent méthodiquement des cadavres

qui tintent sans harmonie

Un grand homme nettoie à petits jets la placette

veillé par les pigeons-sentinelless

Le camion-poubelle de son souffle asthmatique

concurrence le chuintement des pneus sur l’asphalte

La pluie approche, l’air humide m’embrasse timidement

lorsque je tends le cou au-dessus du vide

La belle passiflore prépare secrètement

Sa première fleur à portée de mes doigts

S’il pleut dru, à flaques et à ruissellements

J’irais au jardin tremper mes semelles dans la gadoue

et ramper dans l’herbe grasse

Comme un escargot content

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Plic, ploc (poésie nuageuse)

  1. Jeandesantec dit :

    Toujours une belle fraîcheur communicative…je lis très peu….je ne suis pas déçu d’avoir laissé vos images me rendre visite. Merci.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.