Nuit

J’ai mangé la nuit, sous la pluie, sans laisser la moindre trace

Elle avait un petit goût de suie, de mûre sauvage et de crasse

Elle portait des relents d’ennuis, et quelques filaments de grâce

Dans mon ventre d’ogresse nue et jamais rassasiée de rien

Elle s’est pleinement étendue jusqu’aux brumes du matin

J’ai dans l’estomac une étoile qui pousse ses pointes aigües

Une comète dans mon crâne, de grands trous noirs dans mon cœur

Et cela fait un bruit du diable, un remue-viscères soutenu

Je voulais grandir comme elle, opaque, sombre, sans retenue

Étendre mes grands bras sans ailes sur une ville disparue

Mais je crois bien qu’elle me digère dans son vortex frémissant

Devenue moi, elle prospère et je m’éloigne en gémissant

De plaisir doux et amer tandis qu’elle s’assoit devant la fenêtre

Où la pluie persiste dans ses chuchotements

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Nuit

  1. Quel texte magnifique, sensuel, avec une pointe d’inquiétude et de merveille. C’est beau, ça fait du bien. Merci ❤

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.