Terrassement

Elle dînait seule à une table

près d’un jasmin géant

dont les grappes s’énorgueillissaient

de leur riche parfum

Elle tendait et le cou et l’oreille

et sa main s’ennuyait

Du coin de l’œil, guettant à peine

son visage sans fard

j’entendais son silence meurtri

Aimez-vous le Japon ?

dit-elle avec grand empressement

Et j’inventais alors

un soleil levant, un temple

Elle sourit, juste un peu

et son regard fuit bien loin de moi

Elle rêvait et j’étais là

Avec sa vie au bout de mes doigts

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.