Dedans, dehors

J’aimerais vivre sur un toit

Plat, désert, infini

Toute la fureur s’écoulerait en bas

Pendant que le ciel serait à la fois

Ma couche et mon asile

Ardent le jour, la nuit, glacial,

déclinant les mystères de ses sombres desseins

Il serait ma prairie broutée de silencieuses étoiles

La voix sidérale et le chant pétrifié du lointain

Je verrais sans rien dire

 Les contreforts de ce monde

Les cimes, les lacs purs, les forêts

J’imaginerais ce qui demeure caché

Et je pourrais rêver à l’impossible vie

Que nous avions, à deux, simplement volée

Juste le temps d’un soupir

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.