Comme hier

Aucun pardon n’est là pour l’homme vigoureux
Ses épaules fléchies, son cou marbré de chaux
ses mains abandonnées,ses jambes au cordeau
Et ses mollets sciés de douleur et de feu

Sur le banc, à l’abri, avec son chien assis
Devant lui un grand sac, et la seule chaleur
D’une gourde vidée, et de mauvais biscuits
Il peine à regarder de la vie les couleurs

Ainsi la rue reçoit, sous le soleil de juin
Comme au siècle passé, des hommes incertains
de trouver quelque lieu qu’une douceur arrose

Demain viendra cuellir un autre voyageur
qu’aucun progrès ne touche et qui est sans demeure
et mon oeil impuissant ne pourra l’oublier

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.