Noctambulie

Face à la nuit

les coudes sur la table

je pense aux voyages que je ne fis pas

Je devais voyager au pays des cigales

puis écouter la mer battre de vieux remparts

je devais monter à l’assaut des montagnes

et chanter, à Vienne, des airs d’autrefois

Mais sur le seuil ouvert dans la brèche du temps

là où un paillasson revêche et hostile

enfouit sous les chaussures des regrets vaniteux

je regarde partir, sans mot dire, le cœur creux  

ceux dont j’attendais la main

Il faudra bien, pourtant qu’à la fin, je m’éloigne

à grands pas de ces rêves fragiles et hésitants,

comme un vieux soldat rompant avec la trêve,

qui remet à ses pieds ses semelles d’errant

La nuit se moque bien du sommeil qui me fuit

Elle mord à petites dents les heures qu’elle morcelle

et hachure à mes pieds des rayons inquiétants

Il est 5 heures

Un homme en noir veille

Dans la maison d’en face une lampe blêmit

Je m’abandonnerai au soleil

puisque se refuse la nuit

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Mon réflex et moi, univers d'images. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.