Les voix de la nuit

La nuit parle depuis ma fenêtre

A minuit, dans la touffeur des rues

Tous ceux qui ne dorment pas

Se racontent à voix haute

J’apprends ainsi les amours de Sybille

L’angoisse de Tonino

Les peurs d’Euphrasie

Pierre ne parle plus à sa femme

Jean-Baptiste a perdu son chien

Les mots fondent à peine dits

Mais derrière mes yeux clos

J’imagine des visages

Parfois je me relève

Et j’étudie des dos

Plus éloquents qu’un portrait

Est-ce parce que les gens

Ne se parlent plus

Qu’ils soliloquent dans le vide ?

Un rire monte souvent, aigu

Comme l’absence d’un père

Ces voix me bercent et je m’endors

La chaleur enracine dans la rue

Les humains qui n’ont pas de port

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.