Toiture

Je voudrais vivre sur un toit

 Puisque me manque du ciel

Tout ce que la ville confisque

Vu d’en bas

Un toit aussi nu qu’une peau

Où je recevrais le soleil

Où la pluie me ferait pareille

Aux fleurs détrempées du matin

Pas de terrasse ni de balcon

Ni d’arbres en pots ni de salons

Juste une aire de grand oiseau

 Même si je tiens plus du moineau

Que de l’aigle

J’y serais un ermite en cheveux

Enveloppé de ses nuages

Une vigie sur un toit bleu

Même quand frappent les orages

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.