Dernière promenade avant un peu d’ailleurs

Je marchais, cherchant dans les rues

 un calme inédit

Le ciel claquait sur moi

 ses longs draps humides

J’allais sans que mon pas

 devînt tranquille

J’allais, mais la vie ne m’attendait pas

Je voulais écouter le soleil

Rien ne dit qu’il ne chante pas

puisqu’il est au mitan du ciel

assis sur son trône, comme un roi

J’ai bien tendu l’oreille

J’ai entendu le vent

J’ai entendu ma voix dire

« tiens ! c’est dimanche ! »

Mais le soleil restait coi

Peut-être attendait-il

 à mon image

que la ville renfermât son miroir

avec tout ce qu’il y avait dedans

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.