L’air de rien

Marche de deux heures pour rééduquer ma cheville convalescente. Première rencontre sur le trottoir : une vieille dame qui m’aboie dessus parce qu’elle juge que je suis trop près. Ensuite, j’oublie tous les gens, je marche en regardant exclusivement les choses familières ou curieuses autour de moi. L’épidémie n’a rien changé, les grues sont les champignons des villes et poussent avant l’automne.  Au fond des trous, ça tuyaute, ça marteau-pique, ça sue.  A la terrasse des cafés, des démasqués débonnaires rigolent devant leur bière ; pas de femmes ou très peu. Où sont-elles ?  

Deux gamins partagent des bonbecks que l’un d’eux tend avec un air triomphal. L’épicerie derrière  lui regorge de bric-à-brac. Moi, je suis contente, je ne sais pas où je suis : cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’air de rien

  1. ibonoco dit :

    J’veux bien un bonbeck 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Rémy dit :

    J’aime bien « les grues sont les champignons des villet poussent avant l’automne « . L’image est belle et forte. Bon rétablissement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.