La graine

Je cultive sans pot

à l’intérieur de moi

Une sorte de beau calme

De mon grand sac-à-mots

aux graines prolifiques,

j’ai jeté les plus gros

C’est qu’en très bons soldats

ces vocables mafflus

sonores et rubiconds

viennent jeter la fièvre

Chacun déteste l’autre et

honteux de l’Histoire

imagine des guerres

et des emportements

où le chapeau du fou

renverse sans grand peine

 les chapôs indécents

de quelques feuilles de chou

Dans ma tête, il fait bon,

Le calme sans esclandre

grandit par petits bouts

Et moi, j’écoute mon cœur

battre sans haine

Et puis, c’est tout

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.