Ce que dit l’automne

Ce que dit l’automne est ténu

Dans l’embrasure de ma fenêtre

Niché dans quelques gouttelettes

Il sourit bien distraitement

Trois fleurs embrassées et frileuses

et leur petit parasol blanc

repoussent à grand peine le vent

et moi je veille

Je voudrais marcher à grands pas

Les poches pleines de malice

Avec mes cheveux en écharpe

Et mon vieux manteau sur les reins

Avoir froid au petit matin

Quand le ciel est votre complice

Et que des nuages enfantins

Plissent leurs joues de brigands

J’attends et la maison s’en amuse

Ses murs se referment sur moi

Un peu de poussière s’invite

Sous la pulpe tendre de mes doigts

Bientôt, la porte grand ouverte

Sur l’escalier de délivrance

Soufflera son air de vacances

Dessous mon toit

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.