Fragile

Dehors la rue joue à faire comme si

Des voitures s’entêtent à bouchonner

Des cyclistes s’ulcèrent

Des passants traversent hors des clous

La vie s’affaire, cabas à la main

Hier, rentrant à pied chez moi, lentement

J’ai vu le ciel se déchirer en tâches d’encre

Le soleil éclipsé d’un bond faire place

A cette grande feuille squamée de bleu ardent

J’étais loin, retrouvant de façon précise

Les nuits de silence et de campagne

Que j’ai toujours goûtées, avide

Le ciel remplissait son office savamment

J’étais une pénitente des villes

Un loup privé de sa forêt

La rue jouait à faire comme si

Et j’ai laissé sur le trottoir

Deux empreintes fragiles

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.