Lunis dies

A la souche du ciel

Un filament s’éteint

Un livreur matinal

 l’a cueilli ce matin

et il sourit debout

dans l’escalier

raidi de froid

C’est lundi

Dans mon nid

Le sommeil fait place

Éparpillés au sol

A de petits fragments

Nous étions près du Parc

Et les enfants du Rhône

De leurs yeux délavés

Cueillaient notre destin

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.