La correction comme échange et valorisation réciproque

Un des aspects que l’on évoque rarement dans le domaine de la correction est celui qui concerne le rapport qui s’installe entre le correcteur et son mandant. Or, il n’est pas simplement ici question d’acheter une prestation entièrement calibrée et sans surprises quant à ses résultats. L’écriture est un domaine complexe et pas seulement au regard des règles et des normes, mais avant tout eu égard à la personnalité de celui qui écrit, à son rapport pus ou moins complexe avec cette pratique, à son histoire.

Bien souvent l’écriture se fait le refuge ou l’écho de problèmes enfouis, de blessures égotiques. Elle est aussi un signe extérieur d’appartenance à un milieu, une classe,  un  marqueur de culture, un impitoyable révélateur de failles. Ce qui s’oublie à l’oreille reste gravé à l’encre.  Le correcteur, surtout lorsqu’il reformule, doit essayer de s’imprégner de tout cela et d’en tenir compte. On attend de lui un respect légitime autant qu’une attention bienveillante. Il lui appartient de bien connaître ses propres limites de compétence et d’exercice, d’avoir le courage de reconnaître ses erreurs (aucune perfection n’est possible dans cette matière), de bien cerner les attentes. Et parfois de refuser un travail, même bien rémunéré, lorsqu’il dépasse son savoir ou heurte ses convictions.

Pour ma part, je considère que l’échange est primordial.  Une confiance minimale reste requise lorsqu’on confie le fruit de son travail à un œil inconnu. J’essaie chaque fois que c’est possible d’expliquer en douceur pourquoi une chose ne va pas. Je n’oublie pas que l’auteur reste maître à bord de son bateau et que la décision lui reviendra. J’essaie de ne pas blesser.

Ma pratique s’enrichit de cela, même si je crois qu’en matière d’écriture, à plus forte raison dans la correction, on reste toujours un amateur avide d’apprendre et de partager. Ici, plus qu’ailleurs, l’expression remettre son ouvrage sur le métier s’impose donc pleinement.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Communication, la pratique de l'écrit et de l'oral. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.