Loin des gens (poème anti enfermement)

Mon regard te biaise

Juste en dessous

De ta ligne de frondaison

J’envie le pont de tes mots tièdes

Traçant deux jambes de soleil

Dans le grand vide du soir

Prendre une main, cueillir

La pulsation du pouls

Embrasser dans chacun des doigts

Les os, la chair, la persistance

La réalité

Le temps de marche où la misaine

Pourfend le vide devant mes pas

Me chante mon entêtement

À refuser qu’on nous enferme

Loin des gens, loin des gens

Mon regard te biaise

Juste au-dessus de mon propre

Cœur battant

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.