6 heures et quart

Il était 6 h et quart

Dans la rue le froid m’a prise

 C’était un baiser de bise

 Par surprise sur le trottoir

Je ne courais pas

 je me pressais à peine

le soleil s’est couché

juste derrière moi

Tout ce que l’homme a créé

 Pour avancer plus vite

Pour rentrer chez soi

Est passé avant moi

Des voitures, des cyclistes

Des rollers, des motos

Des skates et un peu triste

Un homme seul en fauteuil

Une vieille à chariot

Une jeune en poussette

 Et juste devant mes pas

Un dos énigmatique

Tous, ruban porté

Sur le dos du bitume

Tous conduits par

L’inflexible aiguille

J’ai regardé la nuit

devant mon seuil

Sa bouche mûre à peine

Et ses cheveux défaits

Je serais bien restée

Docile dans ses mains

Je serais bien restée

 Au froid de son haleine

Sur ses genoux, assise

À écouter sa voix

De veuve solitaire

Dans le grand froid

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.