Il danse

Debout près du portillon

Un homme danse

Son corps d’ours exilé se balance

D’un côté puis de l’autre

Dans une valse arrêtée

Il danse

Sur le périphérique

le brouillard s’est levé

innombrables et grotesques

des fourmis métalliques

dévorent vivement

le bitume

Mais l’homme, yeux fermés

Lève doucement les bras

Dans une salle lointaine

Sur un parquet doré

Ou sur un beau sommet

Il danse

Je me suis arrêtée

Je fredonne dans ma tête

J’accompagne sa danse

J’imagine sa transe

La ville disparaît

Il est beau

 Debout près du portillon

Un homme danse

Je me rêve en dimanche

Mes hanches dans ses mains

Dehors tout s’est éteint

Il danse

(Laurent Bonnevay)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.