Cauchemar sans cuisine ( un poète, ce n’est pas sérieux)

J’ai rêvé que j’étais une praline

Rose et craquante dans un sachet

Habillée de sucre cuit

Et pareille à mes semblables

 Je peinais à faire valoir

Ma substantifique beauté

Ne pouvant ni crier ni déchoir

De ma confite identité

Je me sentis réduite

À ma plus simple expression

Heureusement, nulle mâchoire

Ornée d’outils broyeurs et tranchants

Ne s’approcha de mes rondeurs

Ainsi corsetées d’abjecte roseur

Je me suis réveillée

Pâle et déconfite

Pour mon plus grand bonheur

Mais il est temps vraiment

Que je quitte la chambre

Avant qu’un songe pâtissier

Ne m’entarte dans la crème

Qui pourrait vraiment me noyer !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Cauchemar sans cuisine ( un poète, ce n’est pas sérieux)

  1. ¡Buenísimo, excelente!!! Merci ma belle poéte.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.