Omelette (poème pascal)

À Pâques, le jardin est pour moi seule

Sur les plages bretonnes

des apprentis pêcheurs

arpentent le sable

Les agneaux sacrifiés

 dorent dans des plats

Les œufs en chocolat oubliés

 font le bonheur des oiseaux

Ceux que l’ennui habite

regrettent leurs bureaux

D’autres se sont lancés

à l’assaut des wagons,

 des voitures et des cars

C’est que le voyage est un droit !

Dans les campagnes

 en bord de mer

les volets s’ouvrent

En ville des panneaux

signalent la réouverture

pour mardi

Dans le jardin, les oiseaux s’affairent

Leur nid de fils et de copeaux

s’arrondit sur des branches pubères

Le soleil et le froid mordillent

ma nuque et ma peau

Une sirène au loin

 s’écrie de solitude

C’est la fête de Pâques

et je me tiens tranquille

Le calme est l’hostie

de ce jour enclos

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.