Impériales

Elles guettent à ma fenêtre

Avec l’ardente passion des fleurs

Opiniâtres, gourmandes et cossues

Portant haut leur hampe impériale

Tout de pourpre et de blanc vêtues

Avec en leur cœur d’or pâle  

Une trompe fine et têtue

L’ample traîne de leurs sépales

Qui dans la lumière ondoie

M’évoque des reines barbares

D’un lointain royaume exilées

Et sans un mot je les regarde

M’offrir leur luxueuse clarté

Où le jour lui-même s’attarde

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.