Avril

J’aime le printemps humide et joyeux

Qui toilette les arbres et détrempe les toits

Un moineau tôt levé éveille le boulevard

Un grand parapluie noir laisse dépasser deux pieds

Qui avancent vivement en bas sur le trottoir

L’air est frais et piquant, le ciel bas et laiteux

Souligne à peu de frais un horizon pluvieux

Debout à la fenêtre, capitaine sans barre

Je lance les amarres d’un jour un peu confus

Un grand thé s’ensoleille dans une tasse ventrue

Un gâteau sur ma table émiette ses amandes

Il fait doux, j’aimerais sentir sur ma peau nue

Les délicats picots de la bruine d’avril

Qui chante douce et calme dans la rue

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.