Optimiser le travail avec un correcteur

Bien que je ne sois pas fondée à porter un jugement de fond sur le sujet (à chacun son rôle), je tire parfois la sonnette d’alarme quand un écrit me semble trop éloigné de son cadre initial, qu’une réflexion du jury a déjà alerté sur un vice de forme ou de fond que je retrouve, ou d’une omission trop visible. J’invite de même mes « écrivants » à me contacter sans hésiter pour contester (je ne suis pas une machine), questionner, partager leurs doutes ou leurs blocages. L’expérience m’a montré que ces échanges sont presque toujours fructueux.

J’ai quelquefois des retours d’anciens clients qui m’avouent avoir amélioré leur production écrite depuis notre collaboration, qui les a interpellés sur l’importance de soigner ses textes et ses mails. C’est toujours pour moi une vive satisfaction puisque, avec eux, j’apprends aussi au quotidien à parfaire ma pratique, qui, comme tout métier, demande à être renouvelée et améliorée sans cesse.

Bien formuler son besoin et installer une relation franche et claire avec un correcteur est donc un prérequis très utile, respecter les conditions de délais qu’il vous fixe en est un autre. De cette façon, chacun de son côté aura le temps nécessaire pour qu’aucune frustration, aucun manque ne soit constaté.

La correction n’est pas une technique ni un art parfait, elle tient davantage d’un artisanat  méticuleux. En tant que correctrice, j’essaie aussi d’appliquer une éthique, une déontologie et de ne pas acceptert de tâche au-dessus de mes capacités : un bon exercice d’humilité.

Depuis 14 ans que je travaille en correction, j’ai pu vérifier que, davantage qu’une simple prestation rémunérée, recourir à un correcteur instruit une relation assez particulière qui tient davantage du partenariat.  Faire corriger un écrit ouvre en effet l’occasion de porter un regard critique sur sa production et d’affronter ses tics d’écriture  (nous en avons tous), ses limites (nous en avons tous) et d’oser ressusciter quelques terreurs scolaires liées à l’accord du participe passé ou à la concordance des temps. Par respect pour mes « écrivants », j’ai choisi de commenter notamment les fautes récurrentes ou ne résultant visiblement pas d’un oubli pour qu’ils tirent un meilleur parti de ce service.

Bien que je ne sois pas fondée à porter un jugement de fond sur le sujet (à chacun son rôle), je tire parfois la sonnette d’alarme quand un écrit me semble trop éloigné de son cadre initial, qu’une réflexion du jury a déjà alerté sur un vice de forme ou de fond que je retrouve, ou d’une omission trop visible. J’invite de même mes « écrivants » à me contacter sans hésiter pour contester (je ne suis pas une machine), questionner, partager leurs doutes ou leurs blocages. L’expérience m’a montré que ces échanges sont presque toujours fructueux.

J’ai quelquefois des retours d’anciens clients qui m’avouent avoir amélioré leur production écrite depuis notre collaboration, qui les a interpellés sur l’importance de soigner ses textes et ses mails. C’est toujours pour moi une vive satisfaction puisque, avec eux, j’apprends aussi au quotidien à parfaire ma pratique, qui, comme tout métier, demande à être renouvelée et améliorée sans cesse.

Bien formuler son besoin et installer une relation franche et claire avec un correcteur est donc un prérequis très utile, respecter les conditions de délais qu’il vous fixe en est un autre. De cette façon, chacun de son côté aura le temps nécessaire pour qu’aucune frustration, aucun manque ne soit constaté.

La correction n’est pas une technique ni un art parfait, elle tient davantage d’un artisanat  méticuleux. En tant que correctrice, j’essaie aussi d’appliquer une éthique, une déontologie et de ne pas accepter de tâche au-dessus de mes capacités : un bon exercice d’humilité.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.