La promesse des vents

La promesse des vents

Je n’ai rien pu contre l’ambition des hommes

Être quelqu’un, même une minute, même une seconde

Dans une seule parole, être enfin une personne

 Prendre une brave revanche contre la destinée

C’est plus fort que tout, c’est au-delà de ma volonté

A moi, il sied que des instants fugaces revêtent

Des habits clinquants dans le couchant du soir

Qu’un goût fulgure sur ma langue

Qu’une folie détourne mes pas du chemin

Je suis insane, il est vrai, folâtre et incongrue

Dans la rotation du temps, cette grande lessive

Qui vous rince et vous étrille 24 h sur 24 h

Hors du tambour je marche et je lambine

Je travaille à construire un moi frotté et propre

Comme un galet ancestral

Alors, je regarde courir des dos dont l’échine se tend

Le dos d’un homme est émouvant

Plus ils courent et plus je tends

 Mon col d’oiseau de passage

À la promesse des vents

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.