Je voudrais être un été

Je suis parfois comme un enfant, petit et redoutable

Qui agite ses mains, fait du bruit, et s’exerce au tyran

Parfois même je m’accroche comme une plante mauvaise

Qui étire en rampant ses volutes et hélices

Et sème en se tordant des graines bien toxiques

Je voulais être semée d’amour comme une terre

Je voulais être violente comme une foi

Grandir, est-ce se taire ou encore s’affirmer ?

En moi, pourtant,  le bruit fait place à une plaine

Dont l’herbe en bruissant chante sans lamento

Et marchant en ermite je fuis les grands troupeaux

Qui font trembler le sol et partir les oiseaux

Je voulais être semée d’amour comme une terre

Je voulais être violente comme une foi

Il me semble qu’un vide s’installe dans mon crâne

C’est un grand souffle d’air, puissant et parfumé

J’ai en moi l‘abandon des grandes esseulées

Qu’un amour fou ravaude jusqu’à montrer le fil

Je suis étale et pure comme une eau retombée

Je voulais être semée d’amour comme une terre

Je voulais être violente comme une foi

Je voudrais être un été  

;

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.