Ambre (à celle qui est née)

Petite et plus forte que moi

Puisque tes doigts menus

Retiennent de mon cœur

Le plus simple émoi

Petite et plus forte que moi

Dans ta grâce de fleur nouveau-née

Contre l’épaule de ton père

Et ton corps dans sa main lové

Petite et plus forte que moi

Puisque demeure ton mystère

Derrière tes cils à peine ombrés

Et la soie de tes paupières

Petite et plus forte que moi

Dans ton sommeil encorbellée

Puisque belle tu grandiras

Pendant que moi je t’attendrai

(A Ambre)

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.