Les enfants de la République (égalité, fraternité)

Dans les rues, je l’ai dit, quand l’été se promène

Et qu’une chaleur moite arde ses durs rayons

Les pas que je croise ne sont plus les mêmes

Ni les visages fermés ni les ombres aux balcons

L’été, la ville lourde expulse de son grand corps

Les travailleurs zélés qui courent aux calanques

Ceux qui vont chercher au Sud dans la Provence

La caresse des flots et le sable somptueux

Nous sommes donc ici les forçats du silence

Les restes oubliés de l’année qui finit

Des femmes accablées dont les enfants déchantent

Des hommes esseulés chantent de mon pays

Un air qui n’est pas doux à ma chère République

Nous sommes de la modernité un bien pauvre habit

Nulle colère ne m’aigrit mais c’est de l’injustice

Et des mœurs  d’autrefois que mon cœur s’émeut

Je la voudrais plus riche, moi, cette République

Et que ces enfants nus d’espoir et de plaisir

Partent aussi s’amuser sous de bien autres cieux

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.