Marrons !

Mes yeux sont couleur d’une graine

Issue d’un beau fruit déhiscent

J’aurais aimé porter des plaines

Et des forêts empanachées

 Et même de petits matins blêmes

Dans mes prunelles fatiguées

La couleur de la terre au soleil

La flaque d’eau où boit l’oiseau

La mousse qui ne perd pas le nord

La glace bleue et le verjus

L’un est plus grand, l’autre s’entraîne

À briller même quand vient le temps

D’un peu de brume, d’un peu de peine

Mes yeux sont couleur d’une graine

Que mes mains caressent en marchant

Puisque l’automne les étrenne

Dans mes poches de garnement

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.