Tout sinon rien

Ce qui compte est ce qui martèle

 l’horloge de mon souvenir

Ce qui a un sens, ce qui mobilise

Mon écoute, ma veille, mon énergie

ma volonté inextinguible, mes mouvements

et la course que je conduis vers toi     

Ce qui compte est ce qui est vrai

La réalité de tes pas, amis, jusqu’à mon antre                  

Les heures passées jusqu’à tomber

 à découdre le vieux manteau du monde

pour en tisser un autre bien plus joli

Alors, garde tes mots, s’il te plaît

Ne me dis pas que je suis unique

Ne me dis pas que tu serais abîmé

Ne me dis pas que je te manquerais

Ce qui unit parfois s’effiloche

Ce qui était épars se rejoint                

Je préfère Ô combien ton silence

à une promesse qui s’éteint

comme le petit clapotis d’une vague

que le sable à peine retient

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.