L’esprit des lieux

Je ne partage pas mes souvenirs

Même s’ils floconnent souvent

Dans l’air brumeux qui habille

La nuit lorsque je vis ailleurs  

Ce visage, c’était toi

Mais as-tu existé

Je n’ai connu de toi

Qu’un bien sombre incipit

Ce visage, c’était moi

Je ne reconnais rien

Ai-je dit ces mots-là

Et ces mains, sont-elles miennes

Qui d’un profil las

Soulignaient la tiédeur ?

Mais ce matin

Quand je me suis levée

Une grande femme blonde

Flottait sur le parquet

Ses deux bras grands ouverts

Cherchant à enlacer

Une ombre complice

C’était une amoureuse

Et son cœur, noir marteau

Battait dans la pénombre

Comme un petit écho

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.