Nivôse

Nous irons engranger de demain les rappels

Nous irons prolonger sur le mur qui sommeille

Le grand réveil du jour même quand il fait gris

Même quand le rebours du vent gifle les plaines

Assis près de moi, ton épaule accolée

À ma chair qui s’ennuie de toute présence

Tu me donneras du temps pleine semence

Et contre tout oubli la chaleur de ta voix

Dehors l’hiver bat les vitres en cadence

Dehors il fait froid, solitude, véhémence

Nous parlons haut, nous gardons chauds

Nos cœurs tanières des espérances

Nous irons à la nuit partager de nos pas

Sur les trottoirs glissants un même rythme

Même si nous rentrerons chacun chez soi

Tu seras avec moi une ombre complice

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.