Encore

Je réclame du monde la parole et les fruits

La peau, les os, la chair, le toucher, le regard

Je réclame la chaleur, la clameur, le bruit

Je réclame du monde son vacarme

Dans mon nid haut perché la nuit

Je m’accoude dans le froid et j’attends

Les murs se plaignent, le toit gémit

Un homme seul sur un banc regarde

Et tous deux nous cherchons

Pareillement affolés quelque chose de vrai

Quelque chose de lourd, de compact, d’enraciné

Quelque chose à porter dans nos cœurs

Autour de moi des livres sont ouverts

Un crayon mordu tache une page cornée

J’ai repris le lent travail de la main

J’ai repris le fil de la vie

Et je réclame du monde ses vérités drues

Ses cailloux, ses ornières, ses chausse-trappes

Je réclame  du vivant sa grande frappe

Je réclame de pouvoir, encore, vous aimer

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Encore

  1. Ping : Encore – News from Ibonoco

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.