Vitruve

J’ai accroché une étoile sur mon dos

et j’ai tendu mes jambes et mes bras

hissé mon col pour m’inscrire

en femme de Vitruve         

éclairée et clignotante

C’est qu’en ces temps feutrés

teintés d’un peu d’obscur

les éclats lumineux feraient du bien

Mais pour marcher sans doute

ces pointes même parfaites

ne font pas loin s’en faut

même effet sur la terre

que dans le ciel profond

Alors je l’ai posée sur ma poitrine

où doucement elle a fondu           

piquant en 5 endroits

des poches de silence

et de vilains abcès

Gardant ma matité

mais le cœur brûlant

je persévère vaillamment

dans mon humanité

qu’il fasse noir ou non

l’hiver m’attendra

plus que je ne l’espère

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.