Persistance de la volonté

Mon cœur errant et fort sonne la tempête

C’est qu’à la fin je prends de tout la mesure

Et je dis non du corps et de la tête

Jamais je ne veux céder au parjure

Mon bouclier de peau, d’os et de matière

Mon fortin de pensées juché sur mes épaules

tout en moi se refuse à obtempérer

tout en moi désire chercher une vérité

Il fait doux au-dehors une pluie mellifique

ensucre le pavé et rend glissants les pas

et je joue du tambour et je danse comme sioux

et je crie au matin et je cherche ma joie

Pas un instant perdu, pas une seconde morte

pas une vie gâchée à remâcher mon droit

je suis sauvage, délivrée, incantatoire

sous le solstice j’écris mes lois !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.