Les milliardaires sont une honte pour l’humanité

En ce siècle de fausse spiritualité

 et de grands milliardaires

où l’argent pousse avec exclusivité

dans de verts paradis lessiveurs

que construirons-nous pour demain ?

J’ignore si ma propre lignée a contenu

au fil des siècles plus de travailleurs

que de rêveurs plus de petits faiseurs

que de héros épiques, j’ignore tout

Mais je sais, blottie dans la tiédeur

de la géante Aquitaine deux enfants

Mais je sais tous les autres, les nu-pieds

les ventre creux, les soldats enrôlés

les privés de rêve, les maltraités      

Ne pouvons-nous avoir du courage

pour eux, et davantage de dignité ?

Mon rire n’oublie jamais le sérieux

qu’on leur doit et à travers nos gènes

ce qui nous relie aux tout premiers

 à ceux qui se levèrent autrefois

à ceux qui parlèrent

à ceux qui espérèrent bien mieux

que la terreur de la nuit et de la faim

Mon rire n’oublie jamais ceux qui

non loin de ma maison

attendent tout le jour

 dans un froid qui les sidère

ceux qui ailleurs manquent de tout

Je crois pourtant les hommes solidaires

 eux qui parfois, restent debout

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.