2022 avant l’inconnu

Le soleil m’a prise de force

et le vent m’a brocardée

Fier et violent, chargé d’hiver

Souffletant les arbres dénudés

Sous le tilleul, un grand homme muet

 lisait des histoires

J’avais soif de chaleur

Je souhaitais me consumer à petit feu

dans mes habits trop légers

Alanguie, engourdie

de primesautière langueur

L’œil rond et glacé

me fixait dans la parfaite indifférence

des éléments

Mes doigts douloureux s’écorchaient de

fatigue

J’ai donc appris la rude loi des pierres

et subi l’arroi de l’attente

Et je n’ai pas eu d’autre envie

que de rester là

(2022 ans avant l’inconnu… )

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.