Ouf !

Je ne veux pas être évaluée, jaugée, soupesée

sur la balance de ma crédibilité

de ma populaire tendance à acclamer ou non

 les cris des loups

Je ne veux pas être arbitrée

 cataloguée, enregistrée

étiquetée à l’orteil

expertisée, analysée

soumise au RIC réseauté

montrée du pouce

solidarisée

J’étouffe, je cherche l’air

je gonfle le thorax

je veux de la controverse et de la discussion

je veux de la nuance sans confrontation

je veux entendre d’autres voix

Ni laminée, ni arasée

ni elonmuskée ni markzuckerbérisée

je monte sur mes grands chevaux

j’enfourche la mule de Quichotte

J’ai une lance dans la bouche

je parle, je parle, je dépasse

de la tête et du coude et du verbe

Les lieux communs sont

des toilettes publiques

Là-haut, loin de tout cela,

déponcifiée, décrucifiée

désintoxiquée

je me gargantuarise

d’oxygène

Ouf !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.