Dire, ne pas dire

J’ai ma tendresse autour du cou

bien que j’hésite à te tendre

cet amour-là qui est si doux

et que je couve d’un œil jaloux

En moi, trois graines de bonheur

ont laissé au creux de mon ventre

la trace de leur rondeur

le souvenir d’un temps de grâce

Moi la sauvage et moi la brute

moi l’inflexible et moi l’aveugle

qui se veut dure et n’est que doute

je n’en ai aucun à te vendre

J’ai la tendresse autour du cou

et si je me tais après tout

cette pensée fera le reste

qui suivra le cours des rivières  

et fera le chemin jusqu’au bout

sans jamais trouver

de frontières

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.