Gloria Mundi

J’ai pris du cuir, de la laine, de la soie

Du cuir pour renforcer mon moi

tout en le rendant souple, ductile

mais assez résistant

De la laine pour sa douceur féconde

son léger râpeux réconfortant et

 régressif

De la soie pour satiner, lustrer

et éclairer mon esprit

Ainsi vêtue en mon for intérieur

mi-femme, mi-animal, mi-démon

je demeure et danse

Tandis que chatoie la lumière

libre, indisciplinée, glorieuse

que je veux garder en moi

aussi bien qu’au dehors

sauf lorsque la nuit

me fait de l’ombre

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.